Accéder au contenu principal

Sélection

The Wine Chain

Nous avons réalisé la plus grande chaine de vin au Monde : une wine chain de 78600 Kilomètres. Nous sommes partis avec une bouteille de vin du premier vigneron visité, cette bouteille a été partagé avec le second vigneron, qui lui même nous a offert une seconde bouteille à partager avec le troisième vigneron, etc.

Pour retrouver l'article cliquer sur le nom du domaine et en cliquant ici pour avoir le trajet sur la carte du monde.
Les Arpents du Soleil le 18/07/2019 à Saint Pierre Sur dives (14), Normandie, France 
Le Château Vermont le 29/07/2019 à Targon (33), Bordeaux, FranceLes Vins Pierre Rougon le 01/08/2019 à Baumes de Venise (84), Vallée du Rhône, FranceLe Vignoble Cascina Ballarin le 03/08/2019, à La Morra, Piémont, ItalieLe domaine Palazzona Di Maggio le 14/08/2019 à Ozzano dell Emilia, Bologne, ItalieL'Azienda Agricole de Salvatore Magnoni, le 22/08/2019 à Rutino, Salerne, ItalieLa Kantina Kallmeti, le 26/08/2019 à Kallmet, Lezhë, AlbanieKokino Winery, le 02/09/2019 …

Podere dell Anselmo


La visite de Palazzona di Maggio nous a convaincu que nous orienter vers les vignerons indépendants correspondait vraiment à notre philosophie du vin et du voyage. Ainsi nous adressons des mails uniquement aux vignerons référencés FIVI, qui est l'équivalent de Vigneron Indépendant pour la France.
FIVI

Pour la province de Florence, c'est Fabrizzio qui fût le premier à nous répondre. Situé à Montespertoli à une quinzaine de kms au Sud de Florence, il nous propose de venir déjeuner avant de visiter l’exploitation.

Nous arrivons comme convenu vers 11h00, mais Fabrizzio a dû partir pour un imprévu. Une de ses collaboratrice nous accueille alors grand sourire. « Le vigneron n’étant pas disponible avant une heure, allez profiter de la piscine ». En effet, le domaine fait aussi chambres d’hôtes, et nous sommes en plein rush pour l’accueil, autant que nous les laissions travailler pendant que nous nous prélassons près de l’eau.


Après nous être ressourcés, Fabrizzio nous rejoint sur la terrasse et, après quelques mots échangés, nous propose de le suivre vers la cave.

En traversant l’accueil, il nous présente une partie de son équipe. Nous expliquons alors brièvement notre tour du monde.
Une personne nous répond dans un français impeccable et sans accent.
Cette personne c’est Laëtitia : son ancienne œnologue française qui passait en amie à l’occasion d’une journée de congé.

Nous entamons une conversation sur nos passés respectifs et parlons de ce qui nous a amené, certes pour des raisons très différentes, dans les vignobles Florentins.

De son côté, Fabrizzio est appelé par un autre impondérable. Un car de touriste américain vient d’arriver. Le tour opérateur spécialisé dans l´œnotourisme avait normalement annulé cette visite, mais ils sont bel et bien là, et il faut les recevoir.

Il nous laisse dans les mains de notre compatriote œnophile.

En marchant vers la cave, nous passons dans une salle de réception qui surplombe les cuves. Deux grandes tables sont dressées rapidement, l’une pour la vingtaine d’américains, l’autre avec 3 couverts, pour Laëtitia et nous. Au repas, spécialité Toscane : fromages locaux, un peu de charcuterie dont le Finocchiona (salami au fenouil ), tomates et une mozzarella à tomber par terre, un carpaccio de courgettes (du jardin) parfaitement aromatisées à l’huile d’olive et pecorino, et des boules de pâte à Pizza frites.

Bien évidemment, des pâtes fraîches bolognaise et un gâteau au chocolat en dessert.


Tout le repas est accompagné de la dégustation des vins du domaine.
D’abord deux blanc :
  • Un Bianco di Toscana 2017, 100% malvoisie. C’est un vin minéral, aux saveurs de fruits jaunes et exotiques (abricots/ananas) et d’herbes fraîches. Le millésime, très chaud et peu pluvieux apporte une sapidité prononcée.
  • Le 2016, Terre di Bracciatica est un assemblage de malvoisie et trebbiano. Il présente une bouche plus grasse et plus évoluée. Les fruits sont plus mûrs voire avec des notes de miel. L’acidité est moins marquée.
Le premier blanc est plutôt destiné à l’apéritif quand le second est plus adapté à un poisson blanc.
Mais l’entrée de crudités et de fromages en fait aussi des excellents compagnons de table.
  • Le premier rouge, est un chianti montespertoli DOCG 2016. Nous sommes désormais un peu plus aguerris au Sangiovese, on perçoit plus aisément les cerises bien noires et de la prune rouge mûre. Le vin est fluide avec une finale chaude.
  • Terre di Bracciatica 2016, un IGT toscane, légèrement plus tannique que le précédent, son passage en fût lui apporte des notes légèrement plus toastées.
  • Un chianti montespertoli DOCG 2015 Riserva. C’est un 100% sangiovese, mais en version Riserva, c’est à dire que son élevage en fût est plus long. Les saveurs de fruits rouges (cerises et prunes) sont cette fois accompagnées d’une touche de vanille et même un peu chocolatées.
  • Le dernier rouge, est un " Super Toscan " : pas forcément DOC ou IGT, ce vin d’origine Toscane propose des cépages internationaux, dédié essentiellement au marché américain, nous goûtons un 100% cabernet de 2016. Le bois prend le dessus, la vanille masque davantage le fruit frais (framboises). Néanmoins il se marit bien avec notre dessert, un gâteau au chocolat.

Fabrizzio nous rejoint pour la fin du repas, quelques échanges rapides et le voilà reparti, appelé à une nouvelle mission ponctuelle. Laëtitia sourit, nous confiant que Fabrizzio est comme ça, jamais en place toujours à courir partout…


Nous descendons à la cave, Fabrizzio oriente quelques collaborateurs sur les missions du jour à effectuer en cave.
Il nous invite à déguster une autre production locale: de l’huile olive fraîchement sortie du pressoir. L’huile est très fraîche, légèrement astringente et présentant des arômes d’herbe fraîchement coupée. 
On profite d’un moment de répit pour lui demander de nous parler du domaine : acquis par sa famille au XVII -ème siècle, Fabrizzio a repris le domaine avec son frère il y a une vingtaine d’années. Le site sur lequel nous sommes propose 5 hectares, mais il a racheté à quelques kilomètres d’ici, une parcelle de 10 et une autre de 5 hectares.


Cela permet de varier les terroirs lors de l’assemblage, et de pourvoir à sa clientèle : les bars à vin et restaurants de la région, mais aussi l’export notamment la Belgique, la Hollande et les USA, friants de Toscane.


Laëtitia nous invite à la suivre maintenant dans la cave de vieillissement. Quelques tonneaux sont entreposés dans une pièce à température et hydrométrie contrôlées.


Armée d’une pipette et d’un verre, elle nous offre une dégustation directement prise en barrique. Ce qui est formidable dans cette dégustation c’est que nous pouvons voir à quel point la barrique choisie a un impact considérable sur le vin.

Nous commençons par un « colorino » c’est un cépage dit « teinturier » comme son nom l’indique il est très foncé, il apporte de la couleur à l'assemblage et renforce ses arômes.

Le premier verre sort d’un fût en chêne français. Et nous le comparons à un autre fut, toujours avec un bois français mais venant d’un autre tonnelier. La différence est remarquable ! L’un est une explosion de fruits rouges avec des notes de vanille, l’autre a des saveurs toastées et des notes de beurre ! Ils sont pourtant issus de la même cuve, et transférés dans les barriques au même moment.

De ce même tonnelier, nous goûtons ensuite un merlot et un cabernet. (Sûrement destiné aux super Toscane) :
Suivant le cépage, le bois prends plus ou moins vite, il faut un temps d’adaptation au bois différent selon le cépage. Le « goût » du bois est la plupart du temps trahit pas des notes d’épices torréfiées et particulièrement de Vanille.

Nous testons ensuite un fût Autrichien, plus haut et en forme d’ellipse, son apport sur le colorino est plus subtil, les notes sont plus fraîches, moins « grillées » avec comme un goût de noix.

Enfin nous finissons par le cépage souverain de la Toscane, le Sangiovese, dans un fût de chaîne américain. Certainement le bois le plus expressif de la série, une explosion de vanille et de notes sucrées viennent presque masquer l’origine du vin. J’avais déjà goûté des vins français en chêne américain, j’ai tout de suite fait le rapprochement. Des vins gourmands, très agréables et flatteurs mais qui hélas dénaturent souvent l’origine du vin. Bien évidemment, à quel marché international ce Sangiovese sera t-il destiné ? Américain ! (C’était facile)


Nous tentons de trouver Fabrizzio pour lui proposer d’intégrer la wine-chain… hélas il est déjà reparti pour une autre intervention inopinée. Nous repartons sans le croiser mais nous remercions chaleureusement Laëtitia pour tout le temps qu’elle nous a accordé et les nombreux secrets de cave qu’elle nous a dévoilées. Nous promettons de la revoir le lendemain, dans son œnothèque, bar au plus de 125 références de vins (Toscans pour la majorité).
Et nous tînmes promesse. (Oui, j’ai dû regarder la conjugaison de tenir au passé simple !)

Le bar est situé à l'étage du marché centrale, un endroit plein de vie et de saveurs locales. Il est possible de commander de quoi manger à l'œnothèque, au verre ou à la bouteille. D'ailleurs beaucoup de commerçants viennent s'approvisionner d'une bouteille ou pus pour accompagner les produits de leur étalage. C'est un lieu plein de vie, où se mêlent locaux et touristes.

La chaleur du début d'après-midi nous incite à commander du rosé, bien frais. Un rosé sicilien pour Barbara, et un sangiovese pétillant rosé pour Geoffrey. Nous restons au comptoir pour observer et profiter de l'instant et de l'effervescence du marché. Nous échangeons quelques mots avec Laetitia entre 2 clients. Au moment de régler, elle nous fait comprendre que les verres étaient offerts ; c'est sa "contribution à notre projet". Gênés, nous repartons reconnaissant et heureux de cette nouvelle belle rencontre.

Commentaires