Accéder au contenu principal

Sélection

The Wine Chain

Nous avons réalisé la plus grande chaine de vin au Monde : une wine chain de 78600 Kilomètres. Nous sommes partis avec une bouteille de vin du premier vigneron visité, cette bouteille a été partagé avec le second vigneron, qui lui même nous a offert une seconde bouteille à partager avec le troisième vigneron, etc.

Pour retrouver l'article cliquer sur le nom du domaine et en cliquant ici pour avoir le trajet sur la carte du monde.
Les Arpents du Soleil le 18/07/2019 à Saint Pierre Sur dives (14), Normandie, France 
Le Château Vermont le 29/07/2019 à Targon (33), Bordeaux, FranceLes Vins Pierre Rougon le 01/08/2019 à Baumes de Venise (84), Vallée du Rhône, FranceLe Vignoble Cascina Ballarin le 03/08/2019, à La Morra, Piémont, ItalieLe domaine Palazzona Di Maggio le 14/08/2019 à Ozzano dell Emilia, Bologne, ItalieL'Azienda Agricole de Salvatore Magnoni, le 22/08/2019 à Rutino, Salerne, ItalieLa Kantina Kallmeti, le 26/08/2019 à Kallmet, Lezhë, AlbanieKokino Winery, le 02/09/2019 …

Cap to Wineland

Tokara winery

Figurant dans le top 10 des plus gros producteurs mondiaux, l’Afrique du sud était une destination incontournable lors de notre tour du monde des vins. Le plus difficile a seulement été de trouver le « bon moment » pour s'y rendre. En effet, quelque soit la période choisie, elle était synonyme de long trajet, loin de l’Europe, de l’Asie ou de tout autre destination où nous avions prévu de nous rendre.

Tokara winery et une des sculptures du domaine

Ce point isolé du monde, est séparé de l’Europe par l’immense continent Africain, c’est aussi la raison pour laquelle des vignes ont été plantées ici.

Pour comprendre l’histoire du vin Sud-africain, il faut se replonger quelques 350 ans en arrière. Le cap de bonne espérance, est la pointe la plus méridionale de l’Afrique, le point où l’océan Atlantique et l’océan Indien se rencontrent, une pointe où les vents chauds venant du cœur du continent Africain rencontrent les courants froids de l’Antarctique. Un passage redouté pour les équipages des navires qui longeaient les côtes depuis la Manche, mais un passage obligé pour rejoindre les comptoirs indiens et asiatiques.

Vergenoegd winery et leurs oies

C’est pour cette raison que Cap Town devint vite un comptoir commercial florissant, où les navires faisaient haltes pour se ravitailler avant de continuer leur long périple...

Il faut savoir que le roulis des vagues et les chaudes températures rencontrées lors du passage de l’Équateur abîmaient le vin en mer. Seuls les Porto, Madère et autres vins mutés supportaient la navigation... Le vin frais et léger ne pouvait donc pas être consommé si loin des terroirs Européens. La seule solution pour en consommer était de le cultiver ici directement... D’autant que le climat et les montagnes s’y prêtent !

Les hollandais décident de planter des vignes proches de leur comptoir commercial; dès 1759 on cueille la première vendange non loin des ports de Cap Town.

Seulement voilà, si l’on reconnaît de nombreuses qualités aux hollandais, on ne visite pas Amsterdam pour ses vignes !
Disons que le rouge y est réputé pour une autre raison...

Le vin cultivé en Afrique à cette période n’obtient pas les rendements ou la qualité attendue...

L’Histoire veut qu’à la même période, les Huguenots français, fuient les persécutions faites aux hérétiques. Nombre d’entre eux rejoignent la Hollande. Ces huguenots viennent de Charente, de Gironde, de Bourgogne ou du Lubéron ; ils fuient la France pour rejoindre un pays protestant : les Pays-Bas. Comme beaucoup de ces réfugiés religieux étaient des vignerons - pléonasme pour un agriculteur français du XXVIII -ème siècle - ils se trouvèrent vite enrôlés dans le programme viticole hollandais.

Une grande majorité choisit de s’implanter dans une enclave montagneuse prêt de Stellenbosch, qui portera le nom de Franschhoek : « le village français ».

Vergenoegd et leur espace pic-nic

Voici brièvement l’origine de la viticulture Africaine. Une viticulture qui a du s’adapter aux multiples courants culturels dont le pays s’est enrichi. Des influences techniques européennes principalement, mais qui accompagnent une gastronomie aux saveurs Africaines , Indiennes, et Occidentales.

Ainsi nous atterrissons le 29 décembre à Cap Town. Dès l’aéroport nous ressentons les premiers échos d’un Oenotourisme très avancé : beaucoup d’hôtels ou des organisateurs privés proposent des « wine tours » parmi leurs attractions. La saison s’y prête, le 1er Janvier est l’équivalent du 1er août en France ; plus de la moitié du pays est en vacances et le tourisme bat son plein.

Le bon côté de la chose, c’est que dans un pays du vin, nous trouvons du vin facilement et à des prix très abordables. Après trois mois passés en Asie, cela nous manquait... Beaucoup !

Notre tente et notre voiture de location

Nous optons pour une location de voiture qui nous permettra de relier rapidement et facilement les vignobles entre eux.
Nous prenons rapidement un RDV avec un « winemaker » pour la Winechain et nous nous laisserons séduire au gré des kilomètres pour rencontrer d’autres vignerons.
Nous avons trouvé un camping au cœur des « wine routes », une vallée reliant les prestigieuses villes de Stellenbosch, à l’ouest et Franschhoek à l’Est. Il est idéalement placé entre les moins connues mais néanmoins incontournables villes de Paarl au Nord et Somerset au Sud.
Ce jardin de particuliers aménagé avec charme sera notre havre de paix et le point de départ de nos découvertes quotidiennes, car il est à moins de 30 minutes de route des quatre villes précédemment citées.

Babylonstoren winery et son jardin botanique

Pendant une semaine nous visitons des domaines tous plus charmants les uns que les autres.
Une chose que nous avons vite compris dans la région, c’est que chaque domaine propose des dégustations payantes. Pas forcément très onéreuses, mais cumulées elles viendront rapidement gonfler notre budget quotidien déjà réduit.

Frustrés de visiter les vignobles sans goûter à chaque fois leur vin, nous décidons pour la première fois « monnayer » nos publications sur les réseaux sociaux. Nous entrons enfin dans notre costume de blogueur.

Ainsi nous adressons, au petit bonheur la chance, des mails proposant des articles en contrepartie de dégustations.

Certains déclinent courtoisement en nous expliquant que c’est la haute saison et qu’ils n’auront pas de temps à nous accorder. Et d’autres entrent dans le jeu.

Babylonstoren winery et son jardin botanique

La démarche est intéressante car, non seulement cela nous permet de visiter le domaine au delà de la simple « tasting room », avec une découverte détaillée des parcelles et/ou des visites de la cave ; mais nous découvrons surtout un plus vaste panel de vin de la maison. De plus les dégustations ne respectent pas forcément le protocole habituellement proposé à la clientèle.

En effet, chaque vignoble propose plusieurs gammes de vin, et le prix des dégustations corrèlent avec les vins que vous choisissez. Exemple, 3€ pour 5 verres de l’entrée de gamme, 6€ pour 4 verres de la gamme principale et 9€ pour 3 verres des plus belles bouteilles.

Or, il est parfois intéressant de comparer trois syrah de différente cuvée ou de faire uniquement les blancs du domaine.

La dégustation est une attraction à part entière parmi les nombreux divertissements proposés par l’établissement. En effet, la majorité propose de la restauration, du grand restaurant gastronomique au simple bistrot, et certains offre la possibilité d’acheter sur place le nécessaire pour un pic-nic dans le jardin : pain, pâté, saucisson, salade composée, dessert et bien évidemment du vin !
La majorité offre évidemment le wifi gratuit et indique visuellement les meilleurs spots pour prendre les plus belles photos sur le domaine. Les hashtags de la maison étant évidement supposés sur un support à l'endroit indiqué.

La plupart des sites étant aussi propice au calme et la relaxation, il n’est pas rare de voir des cottages et des chambres pour passer la nuit au milieu des vignes. Certains poussent le luxe jusqu’à intégrer des Spas dans le complexe.

Babylonstoren winery et son atelier cosmétique

Chaque établissement déborde d’imagination pour attirer les familles en leur sein afin qu’elles y passent un moment agréable. Une fois sur le site, tout est fait pour satisfaire les besoins du client, du moment qu’il paye évidemment. Les enfants ne sont pas oubliés, et ils sont mêmes parfois la cible principale du marketing de l'établissement. L’expérience client est primordiale, plus le client se sent bien, plus il passera du temps et plus il dépensera son argent ici.

Tout aussi cartésien que nous soyons, notre cerveau appréciera d’autant plus le vin que lorsque nous passons un délicieux moment. Or, une belle vue, un moment en famille ou entre amis, de la bonne nourriture, c'est la recette parfaite pour apprécier le moment et donc se souvenir du vin qui y est associé...

Winery Stark-Condé

Chacun essaye également de se démarquer de son voisin pour attirer une clientèle précise. Ainsi on visitera un établissement pour ses vins, mais pas seulement. On ira pour la réputation de son restaurant, pour la beauté de ses paysages, ou pour son aspect ludique autour du vin : musée, jeux, safari oeno-touristique, dégustation décalée, atelier d'assemblage ou de cosmétiques, des ballades à vélo ou à cheval... Mais d’autres « attractions » existent, nous avons notamment croisé un domaine avec un golf, un autre avec un musée de l’automobile, un mini zoo, un immense jardin botanique, etc...

La région de Franschhoek propose également des billets pour un train serpentant à travers le vignoble.

Ce dynamisme touristique a été, et reste le moyen efficace pour reconquérir une clientèle étrangère qui boudait les vins Africains pour des raisons d’éthiques politiques. En effet, l’apartheid a particulièrement freiné l’export des vins jusqu’au début des années 90.

Babylonstoren winery et son marché

Les vignobles africains, et particulièrement ceux proches du Cap, on su se reconstruire à partir d’un modèle économique incluant le divertissement, nous l'appellerons le "wine-tertainment" !

En Afrique, on fait du vin pour le plaisir de le partager, et on construit le domaine pour que sa visite soit un événement à part entière, si bien que le divertissement prend parfois le dessus sur le vin lui-même. Un modèle dont les grandes régions et les grands domaines français commencent seulement à s’inspirer...

Commentaires

  1. Belle tranche de vie : Ils ont tout compris avec l’oenotourisme même si on perd un peu le caractère convivial... business is business

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire